Archives pour la catégorie développement économique

Abstention pour le vote du budget 2019

Le Groupe Mieux Vivre à Maisons Laffitte s’est abstenu lors du vote du budget 2019 en conseil municipal
Malgré les dépenses contenues, le faible taux d’endettement, l’autofinancement et les reports budgétaires importants signes d’une gestion saine d’un point de vue comptable, notre groupe MVML, exprime plusieurs axes de mécontentement justifiant notre vote d’abstention.
Les projets dit structurants pour près de 12 millions d’euros tels que le projet de conservatoire, gymnase ou le centre Ianchelevici énoncés chaque année lors du vote du budget ne sont toujours pas détaillés, c’est-à-dire budgétés annuellement et restent à l’état d’enveloppes prévisionnelles. Pour exemple la réhabilitation du centre Ianchelevici a été annoncée sur lors de la campagne municipale de Jacques Myard en 1995, il y a près d’un quart de siècle et est toujours dans les cartons.
Sur la question fondamentale de la fermeture de l’hippodrome qui lie l’avenir de notre ville, ce budget n’anticipe rien.
Or pour lancer selon nous un projet basé sur l’économie hippique innovant et viable et non pas un projet qui devrait être revu d’ici 5 ans, nous déplorons que ce budget ne mentionne aucun moyen en termes d’études techniques pour rechercher, analyser et évaluer des solutions innovantes et pérennes : la solution à ce problème complexe n’est pas uniquement politique, des solutions seront aussi techniques.
Sur le volet économique et l’attractivité économique, rien n’a été réalisé ni prévu pour attirer de nouvelles entreprises, PME ou TPE sur notre territoire.
La baisse de la taxe foncière à 4,4 % est un gadget de communication pré-électorale alors que la hausse de taxe foncière durant est de 33% sur la période 2000- 201

Parking du marché : et maintenant ?

Le maire a prévu de vendre le parking du marché à 3 millions d’euros à un promoteur qui a construit de nombreux logements à Maisons-Laffitte.  Celui-ci souhaite construire des bureaux et un parking. En contrepartie, la ville s’engage à louer pendant douze ans 254 places pour un montant total de

2 804 000 euros, soit quasiment le prix du terrain !

Nous nous sommes donc opposés en conseil municipal à ce projet qui va à l’encontre d’une bonne gestion des finances de la ville et ne s’inscrit pas dans un projet urbain de qualité.  Le juge des référés du tribunal administratif de Versailles  avait suspendu en octobre 2017, suite au recours de  l’association de défense et de développement du quartier du marché, la délibération de la mairie et avait relevé plusieurs irrégularités :

–              l’objet de l’enquête publique menée en avril- mai 2017 était trop restreint ;

–              la motivation des conclusions du rapport du commissaire enquêteur était  insuffisante ;

–              l’étalement du paiement de l’achat du terrain constitue une baisse de prix : le service des domaines aurait dû être consulté.

Le Conseil d’Etat avait jugé en juin 2018 qu’il n’y avait pas d’urgence à suspendre la décision attaquée

Certes le tribunal administratif  le 29 janvier 2019 n’a pas annulé la délibération attaquée du 26 juin 2017 relative au déclassement à la désaffectation et à la cession  du parking du marché. Il est à noter qu’il n’a pas répondu à tous les moyens soulevés, notamment celui de l’étalement du prix.

Mais ce n’est pas une raison pour que le projet aboutisse.

Ce projet va pendant 12 ans ponctionner annuellement 234 000 euros  hors taxes et hors charges sur le fonctionnement de la ville pour louer les 254 places. Et il faudra peut-être, à terme, racheter le parking comme l’a évoqué le maire en conseil municipal !

Comment les élus de la majorité actuelle peuvent-ils accepter ce projet qui va peser sur le budget de la ville et qui ne s’intègre pas architecturalement dans le quartier?

C’est un projet obsolète! Il correspond à un besoin identifié il y a 10 ans.

Le Maire attentiste

L’activité hippique ne représente pas un simple problème économique ; cette activité, outre son aspect financier a un impact évident sur l’emploi et l’aménagement du territoire en termes de préservation des paysages et de notre cadre de vie.

La Cour des comptes met en exergue, dans son rapport de juin 2018 le rôle que l’Etat doit assumer pour un contrôle plus efficace de l’institution des courses et des pratiques des jeux tout en soutenant la filière hippique, et la nécessité pour France Galop de moderniser sa gestion économique.

Mais la ville a aussi son rôle à jouer pour développer la filière hippique sur notre territoire. Ainsi, en 1994, la ville avait évité la fermeture de l’hippodrome mais depuis … Cela fait bientôt 30 ans que Jacques Myard est maire…

Le Maire avait annoncé, il y a près d’un an, une étude financée par la ville visant à faire venir à Maisons-Laffitte des chevaux de course, pour promouvoir le centre d’entrainement. En conseil municipal du 9 avril dernier, nous avions posé une question au Maire sur l’état d’avancement de l’étude. Le Maire nous avait répondu qu’une étude de potentialité de l’hippodrome était en cours de finalisation et n’était pas communicable.

Il s’avère en réalité que cette étude n’a pas été menée. La consultation lancée pour la réalisation d’une prestation de développement des activités hippiques sur le territoire communal a été déclarée sans suite le 2 juillet 2018. Pour avoir des candidats de qualité, encore faut-il rédiger un cahier des charges précis qui illustre le projet politique.

Cette situation est consternante.

Lors du conseil municipal du 23 septembre 2018, à notre question sur les conditions pour un accord avec France Galop pour la préservation et la modernisation du centre d’entraînement et de l’hippodrome, le Maire a indiqué qu’il n’est pas encore question d’un accord avec France Galop pour le moment et qu’il attend la décision de France Galop sur le plan de restructuration.

Attendre… attendre…

Certes, nous savons que le Maire recherche des partenariats financiers. Mais pourquoi refuser de débattre en commission cheval ?

C’est lors des réunions publiques que nous avons appris que le Maire était à la recherche d’un opérateur unique pour aménager les deux plateaux de l’hippodrome avec une solution qui combinerait différents types d’activités : loisirs, sports, travail avec une utilisation plus fréquente des espaces extérieurs par exemple pour un cinéma en plein air.

Ce type d’initiative du Maire qui aurait déjà dû être conduite depuis bien longtemps n’est malheureusement pas à la hauteur de l’enjeu pour sauver la filière hippique à Maisons- Laffitte.

bureaux à Maisons – Laffitte

Nexity va réorganiser son centre de travail partagé. Ainsi 1 000 m² supplémentaires de bureaux risquent de devenir vacants Comment allez-vous accompagner cette réorganisation? Charles Givadinovitch

Réponse agacée du maire qui évoque le projet stoppé du parking du marché qui prévoit la construction de 5 000 m² de bureaux.

Très haut débit: peut-être demain ou après demain…

  • Accès internet très haut débit : Dans votre programme en 2014, vous aviez prévu que la ville soit couverte en internet très haut débit dès 2015. Comment se fait-il qu’une partie de la ville reste sans accès à internet très haut débit ? Isabelle Herr

Réponse  du maire : oui c’est vrai. En 2019, Maisons – Laffitte devrait être entièrement câblé.

Orange a été choisi comme opérateur. 20 armoires vont être installées. Les usagers auront ensuite trois mois pour choisir leur opérateur.  Dans son programme pour les élections municipales de 2014, le maire avait annoncé le très haut débit dès 2015…