Archives pour la catégorie Uncategorized

Beaucoup de questions autour du projet de société de courses de Maisons-Laffitte

 
 
 
Dès novembre 2018, lors de l’annonce de la fermeture de l’hippodrome par France Galop, nous avions évoqué l’idée de la création d’une société de courses. Le Maire avait évacué cette idée, voulant faire revenir France Galop sur sa décision de fermeture. Il n’a pas réussi.
 
Le projet de société de courses présenté par le Maire lors du Conseil municipal du 20 mai est a priori intéressant car il permet de garantir la destination hippique de l’hippodrome et de sanctuariser ces terrains à vocation hippique mais de trop nombreuses questions subsistent. La réponse est déterminante pour s’assurer de la viabilité du projet.
 
1° Quel budget annuel faut-il pour permettre l’organisation de courses ? 5, 2 M € comme du temps de France Galop mais ce montant est contesté et avoisinerait plutôt 3, 9 M €. Selon Jacques Myard, le budget de la nouvelle société de courses serait seulement de 2 M € voire moitié moins .
 
2° Quels seraient les engagements financiers de la commune ? France Galop resterait propriétaire de l’hippodrome et devra s’engager à octroyer des courses premium contre la signature d’un bail emphytéotique de 99 ans par la commune. Un bail emphytéotique oblige toutefois la commune à assurer les charges du propriétaire (soit près de 500 000 € de charges foncières par an) contre un loyer modique.
 
3° Combien de courses France Galop va-t-il attribuer à Maisons – Laffitte dès la prochaine saison ? Toujours 24 courses premium ? Et à des horaires permettant de faire venir du public, c’est-à-dire en soirée ou le week-end ?
 
4° Une reprise des personnels de France Galop est –elle prévue et dans quelles conditions ?
 
5° Quel projet économique autour des tribunes ? Un appel à projet va être lancé pour les tribunes. Deux ans de travaux sont à prévoir pour le désamiantage du bâtiment.
 
Pour avancer sur ce projet, une ingénierie financière est indispensable ainsi qu’une étude approfondie et impartiale conduite par la ville sur la viabilité économique de ce projet.
 
Nous demandons à être associés à la finalisation du dossier de consultation des entreprises pour développer un projet économique qui permettra à terme l’équilibre financier de cette société de courses.

Subventions 2019

Des subventions votées fin du 1er trimestre  alors qu’elles pourraient être votées en décembre! Subventions2019

  • Les principales baisses importantes sont :

–          Horse Event perd 9 000 € (3 000 contre 12 000 soit 75% car il n’y aura pas de concours international d’obstacles fin août…la rénovation perlée de la carrière Molière a été contreproductive…et les conditions d’accueil insatisfaisantes

–          L’office du tourisme perd 30 000 € (158 000 contre 188 000), montant de la subvention exceptionnelle pour l’organisation du bivouac impérial en 2018

  • A souligner:  Baby Loup, crèche à Conflans qui accueille des enfants en horaires décalés,pourra recevoir jusqu’à 10 000 €  en fonction du nombre d’enfants accueillis, pour la première fois suite à la signature de la convention

Urbanisme : le maire utilise –t-il tous les leviers pour préserver l’identité de la ville ?

Il est impossible d’atteindre l’objectif de 25 % de logements sociaux à Maisons-Laffitte en 2025 si l’on veut protéger le cadre de vie remarquable de notre ville : nous sommes d’accord sur ce point avec le Maire : les 1360 logements sociaux manquants ne peuvent être construits, faute de foncier suffisant sans détruire le cadre de vie qui doit être préservé pour pérenniser l’identité de la ville

Le Maire peut s’égosiller mais il ne peut toutefois nier que le plan local d’urbanisme (PLU) qu’il a fait adopter en 2017 prévoit bien une urbanisation accrue du centre-ville.    

Ainsi, le plan d’aménagement et de programmation, composante du PLU annonce que « la réponse au besoin en logements des habitants demeure une priorité pour la ville. » De même, l’existence de dents creuses en centre-ville est clairement identifiée par le PLU avec l’orientation suivante : « Cibler les  secteurs de mutabilité, les  dents  creuses et les  secteurs potentiels de densification ».

Sous la contrainte, notre ville avait décidé d’élaborer, pour remplacer le plan d’occupation des sols (POS) un PLU en novembre 2013 pour éviter le transfert de la compétence en matière d’urbanisme au niveau intercommunal fin 2015. Seulement comme nous l’avons souligné lors des débats sur le PLU, ce travail de réflexion s’est fait dans l’urgence et le PLU présente de nombreuses lacunes:

  • Il n’a permis d’engager aucune réflexion sur l’aménagement de sites névralgiques de la ville : gare routière, avenue de Longueuil, etc. ;
  • Si l’on désire un centre–ville agréable, il faut proposer des alternatives pour pouvoir circuler à pied, en vélo et en bus de manière fluide et sécurisée pour désengorger notre centre-ville. Malgré nos demandes répétées, l’élaboration d’un plan de mobilité n’a été pas engagée :
  • Même s’il est vrai que le PLU a permis le recensement de près de 300 biens remarquables, la protection de notre patrimoine bâti reste encore insuffisante, à l’exception du Parc dans sa partie construite au XIXème siècle et des 21 monuments historiques de la ville : la destruction de plusieurs demeures de caractère rue d’Alsace il y a quelques années ou prévue rue des Plantes ou la future construction d’un immeuble en face du château sont des exemples révélateurs. Seulement le maire a refusé de mettre en place un plan de valorisation de l’architecture et du patrimoine alors qu’il en existe un au Vésinet et au Pecq ;
  • Pour les constructions nouvelles prévues dans le centre -ville, face aux intérêts des promoteurs, les prescriptions architecturales doivent aussi être renforcées pour préserver l’harmonie des quartiers ;
  • La mairie doit être plus vigilante sur la protection des arbres centenaires et proposer davantage d’espaces verts et récréatifs : le Parc et les bords de Seine ne doivent pas être les seuls lieux de respiration.

Incohérence politique et l’heure du choix !

La cohérence politique de Jacques Myard vient d’être prise à défaut !

Jacques Myard, membre du parti des Républicains (LR) s’est présenté en septembre 2017 aux sénatoriales sur une liste dissidente contre le Président du Sénat, Gérard Larcher, membre des Républicains : il s’y est fait battre ne recueillant que 5,33 % des voix et ne s’est pas fait exclure des LR.

Un de ses adjoints s’est présenté sur une autre liste à ces mêmes élections sénatoriales, il n’a pas été élu et n’a pas perdu  sa délégation municipale.

Janick Géhin, conseillère départementale, ose se présenter dans une élection interne aux LR contre Jacques Myard. Elle perd cette élection interne au parti et dans la foulée, sa délégation par un arrêté du maire.

Ceci démontre un cas flagrant d’autoritarisme obsolète !

Cette destitution n’est pas légitime : le Conseil d’État a précisé le 14 novembre 2012 par un avis publié au Journal officiel[1] qu’un maire ne pouvait pas retirer une délégation pour un motif étranger à la bonne marche de l’administration communale. Le maire se prévaut d’une confiance rompue avec son adjointe… mais ce cas ne fait pas partie de la « bonne marche de l’administration communale ». Le sujet est simplement de l’ordre de l’orgueil politique.

À  présent, le Conseil municipal, qui aura lieu le 19 novembre 2018 devra se prononcer pour le maintien dans ses fonctions d’adjointe de Janick Géhin conformément aux dispositions de l’article L. 2122-18 du code général des collectivités territoriales.

Il va falloir que les élus de la liste majoritaire Agir choisissent. En se prononçant en faveur d’une sanction envers leur colistière Janick Géhin, ils marqueront leur volonté de continuer au-delà de 2020 à faire partie de la liste de Jacques Myard déjà dans les startings blocks pour  les prochaines élections municipales. Ils montreront au maire leur allégeance plutôt que de juger l’action réelle de cette élue. À coup sûr, le calcul politique va l’emporter au détriment de l’efficacité de l’action municipale.

La liste Mieux Vivre Maisons-Laffitte continuera à s’opposer à toute attitude autocratique du Maire d’autant plus lorsqu’elle génère une perte d’efficacité de l’action municipale.

C’est une nouvelle illustration d’action politicienne « à l’ancienne ». L’heure du choix est arrivée pour les membres de la liste majoritaire !

[1] Avis du Conseil d’Etat n°361541-JO du 28 novembre 2012

Quand le maire se trompe de destinataire pour envoyer un courriel

Quand le maire se trompe de destinataire pour envoyer un courriel…

« ME PREPARER UNE REPONSE CINGLANTE » à ma demande de communication des rapports d’étape pour la programmation de la construction d’un conservatoire et d’un gymnase   envoyée au maire il y a six mois.

Voici l’ordre qu’il voulait donner à un membre de son cabinet … et que j’ai reçu ce samedi 29 septembre 2018.

La Commission d’accès aux documents administratifs que j’ai saisi le  18 juin dernier va apprécier.

Anne Lavagne

 

Hippisme: inaction de la ville

La ville s’était engagée à financer une campagne pour augmenter le nombre de chevaux de courses à Maisons-Laffitte. Quels ont été les livrables de cette étude visant à faire venir à Maisons-Laffitte des chevaux de course ? Peut-on les consulter ? Question posée par Eric Lauvernay, lors du Conseil municipal du 2′ septembre 2018

Réponse : L’étude n’a pas été menée. La consultation lancée pour la réalisation d’une prestation de développement des activités hippiques sur le territoire communal a été déclarée sans suite le 2 juillet 2018.

Notre analyse : nous sommes consternés que la ville ne mène aucune action.

A quand un partenariat avec France Galop?

Quelles sont les conditions pour un accord avec France Galop pour la préservation et la modernisation du centre d’entraînement et de l’hippodrome ? Quelles sont vos propositions? Quels sont vos partenaires ? question posée par Anne Lavagne lors du conseil municipal du 24 septembre 2018

Le Maire indique qu’il n’est pas encore question d’un accord avec France Galop pour le moment et qu’il attend la décision de France Galop sur le plan de restructuration.

Il signale que l’hippodrome de Chantilly est aussi en crise.

Le Maire précise que pour le moment, il n’a pas les éléments pour prendre des décisions.  La ville maintient toutefois la pression.

Notre analyse: la ville est passive…elle suit la situation…elle suit…

Subvention à Horse Event

Suite à l’annulation du jumping international fin aout, quelle action correctrice entendez-vous mener ? La subvention à Horse Event est-elle adaptée en conséquence ? Question posée par Anne Lavagne lors du conseil municipal du 24 septembre 2018.

Réponse du Maire : Comme le jumping international a été annulé, une demande de remboursement de la subvention qui a été versée a été faite par la mairie.

Une nouvelle modalité de gestion des carrières Molière est en cours d’étude.

Point sur la création d’une nouvelle voie îlot Longueil

Les travaux  sont stoppés près du commissariat, des étais ont été installés pour soutenir un mur du commissariat qui semble être fragilisé. Que se passe-t-il ? Quelles actions entreprenez-vous pour que le projet ne prenne pas de retard?  Anne Lavagne

Réponse factuelle de l’adjoint en charge des travaux  lors du conseil municipal du 26 juin 2018 : « l’entreprise en charge de la démolition a pris l’initiative d’arrêter les travaux comme le commissariat est adossé à la maison en cours de démolition. Elle a fait un devis pour des travaux supplémentaires d’un montant de 30% par rapport au montant du marché.

Un bureau d’études a été sollicité par la ville: aucun danger n’est à constater pour la partie du rez-de chaussée du commissariat. L’étage doit en revanche être consolidé. La mairie  a saisi l’Etat ».

Développement économique : peut mieux faire…

  • Au regard du transfert de la compétence développement économique à la communauté d’agglomération, le développement économique constitue-t-il pour vous toujours un enjeu alors que Maisons –Laffitte compte 2200 entreprises dont 40%? Si oui, quelles sont les actions prioritaires en la matière ? Charles Givadinovitch

Réponse : Pour le maire, c’est au travers de l’urbanisme que l’on peut développer l’activité économique. Il a insisté sur une forte concurrence pour attirer les entreprises et la nécessité de construire des bureaux. Les zones d’activités relèvent désormais de la communauté d’agglomération. Le maire n’a pas exclu la création à terme d’une zone d’activité économique à Maisons-Laffitte.

Sa réponse est totalement parcellaire car il n’a pas notamment évoqué l’accès au haut débit, encore incomplet à Maisons -Laffitte et tous les services qui pourraient être développés au profit des auto entrepreneurs nombreux dans notre ville.