Archives du mot-clé développement économique

Parking du marché : et maintenant ?

Le maire a prévu de vendre le parking du marché à 3 millions d’euros à un promoteur qui a construit de nombreux logements à Maisons-Laffitte.  Celui-ci souhaite construire des bureaux et un parking. En contrepartie, la ville s’engage à louer pendant douze ans 254 places pour un montant total de

2 804 000 euros, soit quasiment le prix du terrain !

Nous nous sommes donc opposés en conseil municipal à ce projet qui va à l’encontre d’une bonne gestion des finances de la ville et ne s’inscrit pas dans un projet urbain de qualité.  Le juge des référés du tribunal administratif de Versailles  avait suspendu en octobre 2017, suite au recours de  l’association de défense et de développement du quartier du marché, la délibération de la mairie et avait relevé plusieurs irrégularités :

–              l’objet de l’enquête publique menée en avril- mai 2017 était trop restreint ;

–              la motivation des conclusions du rapport du commissaire enquêteur était  insuffisante ;

–              l’étalement du paiement de l’achat du terrain constitue une baisse de prix : le service des domaines aurait dû être consulté.

Le Conseil d’Etat avait jugé en juin 2018 qu’il n’y avait pas d’urgence à suspendre la décision attaquée

Certes le tribunal administratif  le 29 janvier 2019 n’a pas annulé la délibération attaquée du 26 juin 2017 relative au déclassement à la désaffectation et à la cession  du parking du marché. Il est à noter qu’il n’a pas répondu à tous les moyens soulevés, notamment celui de l’étalement du prix.

Mais ce n’est pas une raison pour que le projet aboutisse.

Ce projet va pendant 12 ans ponctionner annuellement 234 000 euros  hors taxes et hors charges sur le fonctionnement de la ville pour louer les 254 places. Et il faudra peut-être, à terme, racheter le parking comme l’a évoqué le maire en conseil municipal !

Comment les élus de la majorité actuelle peuvent-ils accepter ce projet qui va peser sur le budget de la ville et qui ne s’intègre pas architecturalement dans le quartier?

C’est un projet obsolète! Il correspond à un besoin identifié il y a 10 ans.

bureaux à Maisons – Laffitte

Nexity va réorganiser son centre de travail partagé. Ainsi 1 000 m² supplémentaires de bureaux risquent de devenir vacants Comment allez-vous accompagner cette réorganisation? Charles Givadinovitch

Réponse agacée du maire qui évoque le projet stoppé du parking du marché qui prévoit la construction de 5 000 m² de bureaux.

Très haut débit: peut-être demain ou après demain…

  • Accès internet très haut débit : Dans votre programme en 2014, vous aviez prévu que la ville soit couverte en internet très haut débit dès 2015. Comment se fait-il qu’une partie de la ville reste sans accès à internet très haut débit ? Isabelle Herr

Réponse  du maire : oui c’est vrai. En 2019, Maisons – Laffitte devrait être entièrement câblé.

Orange a été choisi comme opérateur. 20 armoires vont être installées. Les usagers auront ensuite trois mois pour choisir leur opérateur.  Dans son programme pour les élections municipales de 2014, le maire avait annoncé le très haut débit dès 2015…

Renforcer la concertation pour dynamiser notre commerce et notre artisanat local

La fête du Printemps, les vitrines de Noël et son petit marché mis en place depuis le début de ce mandat, ne sauraient masquer l’absence de dialogue approfondi entre notre édile et les commerçants et artisans de notre ville. Hormis lors de ses campagnes municipales, le maire fait preuve d’un désintérêt certain pour entretenir des relations de bonne qualité ou a minima d’écoute des besoins des professionnels du commerce et de l’artisanat.

De trop nombreux commerçants ont le sentiment que leurs relations avec la Mairie se réduisent à l’application de la loi sur l’accessibilité des personnes à mobilité réduite pour l’adaptation des entrées de commerces ou le contrôle très rigoureux de la couleur pour une nouvelle enseigne. Les commerçants et artisans de notre ville n’ont pas été consultés pour la mise en place du forfait du post stationnement.  Le choix du stationnement payant dès la première minute, la fixation des zones tarifaires sans prendre en compte les implantations commerciales sont des illustrations flagrantes d’absence de dialogue entre la ville, ses commerçants et ses artisans.

La programmation d’événements par la ville à l’occasion du bicentenaire de Jacques – Laffitte aurait dû être l’occasion d’impliquer les commerçants dans la préparation de des manifestations : c’est une occasion ratée !

Globalement, la qualité et la richesse des produits proposés par les commerçants et artisans de notre ville ne sont pas suffisamment valorisées à leur juste valeur et des efforts restent à faire pour mieux communiquer comme en témoigne le trop discret panneau d’information à l’entrée de la gare présentant l’implantation des commerces.

Quel est enfin le réel soutien de la ville à l’activité du marché ? On peut en douter si l’on considère le projet immobilier du Maire – stoppé grâce à l’action de l’Association de Défense et de Développement du Quartier du Marché de Maisons-Laffitte (ADDQMML) – qui ne prévoyait pas de modalités suffisantes durant la phase des travaux pour permettre aux clients de continuer à se rendre au marché.

Améliorer la communication sur le marché avec l’appui du délégataire et plus largement sur l’offre des commerçants ou redynamiser le centre-ville par des actions ambitieuses et menées en partenariat, des solutions existent mais restent encore à être mises en œuvre.

Une étude sur le centre d’entraînement et l’hippodrome qui s’éternise !

Conseil municipal du 9 avril 2018

A la question d’Éric Lauvernay sur l’état d’avancement de l’étude  pour promouvoir le centre d’entrainement et l’hipodrome, il a été répondu qu’une étude de potentialité de l’hippodrome est  toujours en cours de finalisation et n’est pas communicable.

Un document traduit en plusieurs langues fera également la promotion du centre d’entrainement…

L’action de la Mairie est-elle réellement à la hauteur des enjeux sur l’avenir de l’activité des courses à Maisons –Laffitte ? le temps presse !

Des décisions à prendre pour un avenir pérenne de notre centre d’entraînement

Comme vous le savez, l’avenir du centre d’entraînement de Maisons-Laffitte reste incertain. En effet, malgré tous les atouts de notre centre, il persiste des intérêts qui souhaitent sa fermeture. Il ne s’agit donc pas de crier au loup mais d’en comprendre les raisons pour mieux y répondre.

Même si les chiffres ne sont pas officiels, le déficit du centre d’entraînement de Maisons-Laffitte est très préoccupant, d’environ 2M€ ce qui représente environ 50% de son chiffre d’affaires. France Galop, son propriétaire, est aujourd’hui dans une situation financière très délicate et prévoit pour l’année 2018 un plan d’économies drastique. Sont notamment visées les primes et indemnités versées aux propriétaires et aux éleveurs.

France Galop disposant de trois centres d’entraînement (Deauville, Chantilly et  Maisons-Laffitte ) dont deux sont largement sous-exploités dont celui de Maisons-Laffitte, on ne peut donc que s’attendre à ce qu’il cherche à fermer celui qui représente à ses yeux le moins de potentiel en terme de capacité d’évolution pour se concentrer sur le principal.

Mais l’activité hippique ne représente pas un simple problème économique, cette activité, outre son aspect financier a un impact évident sur l’emploi et l’aménagement du territoire en termes de préservation des paysages et du cadre de vie local.

C’est pourquoi le rôle du politique devient central car sans lui, l’avenir du centre est écrit. Il doit inciter le décideur économique à prendre des décisions car le manque latent de visibilité sur le site de Maisons-Laffitte depuis de trop longues années nuit à son attractivité et freine les projets d’installation de nouveaux entraîneurs. Il ne s’agit pas de lui tordre le bras ce qui se traduira tôt ou tard par un retour de bâton mais de trouver rapidement une solution durable pour l’ensemble des parties prenantes.

Dans cette démarche, nous pensons qu’il n’y a ni le temps ni la place pour des divisions. Nous devons nous donner les moyens de faire des propositions à France Galop afin d’imposer nos orientations et porter l’intérêt de notre territoire si nous souhaitons une activité  hippique pérenne à Maisons-Laffitte.‌

Que l’horizon de cette nouvelle année 2018 rime avec confiance, énergie et réalisation !

Une politique touristique atone

Située à 17 minutes de Paris en RER, notre ville pourrait être une destination touristique privilégiée. Elle dispose de nombreux atouts :  camping international, communauté anglophone, une proximité avec la Seine, un golf et bien sur des complexes équestres. Force est de constater que Maisons-Laffitte est souvent déserte en semaine, son potentiel touristique est sous-exploité.

La politique touristique de la ville est mal maitrisée et ne met pas en valeur notre patrimoine. Elle est indigne de notre identité et n’a aucune lisibilité !

L’unique point positif que nous avons relevé est la création d’un nouveau site internet de l’office du tourisme. Il affirme avec force l’identité hippique de la ville… jusqu’à quand ? Office du tourisme qui ne s’inscrit d’ailleurs pas dans la dynamique de l’inter-communalité.

Devenue ville impériale en 2016, notre ville aurait pu en tirer profit. Outre le panneau à l’entrée indiquant l’obtention de ce label historique, il n’y a pas eu de retombée touristique conséquente. Le château n’est pas non plus mis en avant.

En plus de son patrimoine historique, Maisons-Laffitte possède un patrimoine naturel exceptionnel. Les berges de Seine ne sont pas exploitées à leur juste valeur : à la fois en espaces de promenade mais aussi en activité de croisière. Les croisières sur la Seine desservent Conflans, le Pecq (63 escales par an) et rien n’est prévu sur les berges de notre ville pour les accueillir.

La communication mettant en avant la richesse touristique ou l’existence de la ville est introuvable : tant dans la presse que sur internet ou les réseaux sociaux.  A ne pas avoir voulu utiliser le levier de la communauté d’agglomération pour développer notre  attractivité touristique et ainsi rester  » indépendant dans notre principauté », nous jouons petit calibre.

Nous  proposons :

– Une communication plus large sur les courses organisées à l’hippodrome à l’attention des habitants des villes voisines via l’office de Tourisme  intercommunal de St Germain en Laye

– Un travail sur l’accessibilité des berges de Seine et la création de pistes cyclables

-Une mise en place de circuits touristiques

– Une connexion wifi dans le centre ville et sur l’avenue de Longueil

– Inscrire Maisons-Laffitte dans les parcours des opérateurs touristiques français et internationaux

– Des candidatures de la ville à participer aux grands événements sportifs quand ils ont lieu en France : accueil d’équipes nationales, championnats, compétitions sportives de haut niveau

– Un audio guide historique des principaux monuments de la ville

– L’élaboration d’un projet  pour obtenir l’ouverture d’un hôtel haut de gamme

 

Les priorités d’action municipale que nous souhaiterions voir initier pour l’année 2017 :

  1. Fiscalité : maintenir les taux de fiscalité – ce doit-être un objectif fort de la gouvernance de la ville. A partir de cette contrainte, des arbitrages doivent être effectués, on ne peut se contenter de coups de rabot;
  1. Assurer la pérennité du centre hippique : comment être plus fort demain qu’hier ? définir une stratégie de développement en partenariat avec les entraîneurs et France Galop et non réagir au coup par coup. Il est indispensable d’être innovant pour permettre à l’activité cheval de perdurer dans le très difficile contexte actuel;
  1. Préserver notre cadre de vie grâce au Plan local d’urbanisme  (PLU) par :
    • le développement de mobilités douces ;
    • une recherche d’une meilleure performance énergétique du bâti
    • des prescriptions architecturales assurant la bonne insertion des nouvelles constructions dans leur environnement ;
    • le développement d’espaces récréatifs et de verdure en ville;
    • la mise en place d’Aires de Mise en Valeur du Patrimoine (AMVAP) ;
  1. Assurer la sécurité des Mansonniens grâce à la mise en place rapide de la formation préalable à l’armement des policiers municipaux, la couverture de la vidéo protection et l’élargissement des pouvoirs des gardes du Parc;
  1. Instaurer une nouvelle gouvernance de la ville fondée sur l’échange avec les élus et la transparence totale de l’action publique;
  1. Favoriser la création d’une pépinière d’entreprises pour développer un éco-système local et permettre à un grand nombre d’entrepreneurs mansonnien d’implanter leur activité dans notre ville;
  1. Faire de la réfection du conservatoire, un investissement prioritaire pour notre ville et veiller à une utilisation optimisée des équipements sportifs en lien avec le Mesnil le Roi.

Le parking du marché : attirer les entreprises mais pas à n’importe quel prix !

Il est important que de nouvelles sociétés s’installent dans notre ville afin d’accroître la part de la fiscalité « entreprises » qui ne représente que 10 % de nos recettes fiscales qui sont trop dépendantes des ménages. Et c’est pour cette raison que le maire a prévu la construction de bureaux au-dessus du parking du marché.

Le parking du marché représente une surface de 4000 mètres carrés qui a été estimée en 2012 par le service des Domaines de l’Etat à 3 millions d’euros.

Par délibération du 19 novembre 2012, le conseil municipal avait voté une délibération autorisant le maire à engager la cession à la société CAP 78 du terrain du marché du parking au prix fixé par le service des domaines. Notre liste lors du mandat précédent avait voté contre à cause de l’implication financière de la mairie dans le projet.

 

Le tribunal administratif de Versailles a annulé cette délibération par un jugement du 14 avril 2016 pour défaut de communication de l’avis des domaines aux conseillers municipaux suite à un recours d’un propriétaire mansonnien.

Le maire s’est empressé de régulariser la procédure par une nouvelle délibération lors du conseil municipal du 23 mai 2016. Nous avons à nouveau voté contre pour cette même raison.

Dans le projet présenté, la mairie garantit que la totalité des places de parking seront louées à un prix similaire à celui du prix du parking de la gare.  Elle s’engage à ce que les 254 places du parking de ce projet soient louées pendant 12 ans pour un cout de 234 000 euros annuel soit 2 800 000 euros de chiffre d’affaire sur 12 ans.

Or 100 % des places ne pourront être louées. Ce n’est pas le rôle de la mairie d’assurer le risque financier de la gestion d’un parking ; des opérateurs spécialisés sauront dimensionner ce risque et en calculer un prix de marché pour des places achetées en gros à un prix de gros et non à un prix de détail. En l’état, cette opération revient à subventionner la construction du parking pour un montant inconnu qui pourrait revenir à brader le terrain au promoteur CAP 78.

De plus, d’après nos informations (qui se limitent à ce qui est accessible dans le domaine public), la société promoteur de ce projet, CAP 78, ne nous semble pas donner toutes les garanties nécessaires à l’achèvement de manière certaine de ce projet même si nous ne doutons pas du professionnalisme des dirigeants.

Attirer des entreprises, oui ! Mais l’équilibre entre toutes les parties prenantes ne nous semble pas réuni ; nous nous sommes donc opposés à ce projet même si nous voyons d’un œil très favorable tout projet favorisant l’installation d’entreprises sur notre commune.

Développement économique, Maisons-Laffitte en panne

Alors que la France accueillera l’Euro 2016, que Paris candidate aux Jeux Olympiques 2024 et à l’Exposition Universelle 2025, notre ville est aux abonnées absentes dans tous les projets d’envergure, tant à l’échelle nationale que régionale.

 Pourquoi ne pas avoir proposé à l’Union des Associations Européennes de Football d’accueillir une des 23 équipes qualifiées au sein de notre ville ? Nous en possédons pourtant les infrastructures tant hôtelières que sportives.

Pourquoi ne pas avoir contacté le Comité National et Sportif Français (CNSF) pour proposer d’utiliser l’hippodrome pour les épreuves olympiques de dressage ? Ou tout simplement de se servir de nos infrastructures équestres pour accueillir chevaux et cavaliers du monde entier. 

Pourquoi laisser à l’abandon et désespérément vide l’ancienne MGEN à l’entrée de notre ville ? Nous pourrions en faire un hôtel de renommée aux portes de Paris. Quels sont les projets en cours ? 

Nous devons faire entrer Maisons-Laffitte dans les grands projets et moments nationaux. Ces nombreux rendez-vous manqués traduisent le cruel manque d’ambition de la majorité actuelle quant au développement économique de notre ville.

Maisons-Laffitte a besoin d’esprit d’entreprendre, d’idées novatrices et d’un nouveau souffle économique. Notre équipe souhaite l’incarner.