Archives du mot-clé Mesnil Le Roi

Maisons-Mesnil: une réunion du 21 mars 2018 sans intérêt!

Le 21 mars, le maire de Maisons – Laffitte avait convié Serge Caseris, maire du Mesnil le Roi, les Mansoniens et les Mesnilois pour évoquer le projet de commune nouvelle : une salle Malesherbes à moitié vide, Serge Caseris absent ! Nous avons eu droit à un monologue !

Un Jacques Myard devenu partisan de la commune nouvelle après nous avoir ri au nez pendant des années quand nous lui en parlions mais qui ne vante que la mutualisation des services comme intérêt de la création de la commune nouvelle.  Quel manque d’ambition!

Il oublie juste l’essentiel: l’élaboration d’un projet de territoire pour faciliter la construction d’un destin commun: deux villes entre Seine et Forêt de Saint Germain avec un cadre de vie de qualité et des activités rurales et hippiques à protéger et développer…ce doit être possible !

Il nous a présenté les documents de l’association des Maires de France (AMF) en oubliant toute la dimension essentielle de concertation pour la réussite du projet.

Comment s’y prendre pour le faire capoter: Faites comme Jacques Myard qui assume, il faut lui reconnaître ce mérite  » son côté dictatorial« !

Il n’a même pas présenté un calendrier/plan de travail  qui pourrait être le suivant:

  • consultation de la DGFIP pour dessiner un schéma de convergence fiscal qui aurait le mérite de rassurer les Mesnilois,
  • renforcement du SIVOM dans l’attente de la création de la commune nouvelle, par le transfert de certaines compétences ( culture, sport, voirie…)
  • mise en place d’événements culturels et sportifs communs aux  deux villes.

 

Tensions lors de la dernière réunion du syndicat intercommunal Maisons -Laffitte & Mesnil Le Roi: le refus du Mesnil pour la création d’une commune nouvelle

Réunion du SIVOM ( syndicat intercommunal à vocation multiple) le jeudi 15 février dernier.

Le sujet qui fâche: le projet de commune nouvelle a été abordé en fin de réunion.

Lors du débat d’orientation budgétaire, Anne Lavagne a souligné l’incohérence de la position de Jacques Myard, président du SIVOM: aucune ligne budgétaire n’est prévue en 2018 pour le financement d’une étude pour la mise en place de d’une commune nouvelle,

En dernière partie  de réunion, le  maire du Mesnil Le Roi a fait part de son refus de travailler sur ce projet de commune nouvelle pour trois raisons:

  • sur la forme: la façon d’initier le débat public sans engager une réflexion commune approfondie entre les deux communes témoigne d’un manque de respect vis à vis du Mesnil. Le projet ne réussira que dans le cadre d’une démarche partenariale!
  • sur le fond: crainte du Mesnil de devenir la zone d’urbanisation prioritaire pour construire les logements sociaux manquants à Maisons Laffitte. Cette crainte est en revanche infondée si une charte de gouvernance est élaborée. Cette charte  de gouvernance doit prévoir  une représentation minimale de Mesnil Le Roi dans la liste majoritaire à la tête de la commune nouvelle,  qui permette aux élus mesnilois  de s’opposer à tout projet contraire aux intérêts du Mesnil. 
  • du fait de la disparition de nombreux services publics à Maisons Laffitte ces dernières années (sécurité sociale, centre des Impôts, PMI, commissariat devenue une antenne), les Mesnilois ont de moins de raison de se rendre à  Maisons – Laffitte et se tournent vers St Germain en Laye : une remarque qui fait mouche malgré les promesses en 2014 de Jacques Myard de protéger notre ville grâce à son statut de député.

En aparté, des élus mesnilois ont fait part aussi de leur préoccupation en matière fiscale du fait des coûts de fonctionnement de la ville de Maisons-Laffitte:

  • au 1er  2017, les effectifs de Maisons -Laffitte étaient de 664 postes dont 530 postes permanents, 134 non permanents, soit 485  équivalents temps plein;
  • alors que la population du Mesnil Le Roi avec une population  4 fois moins importante , a 10  fois moins d’agents employés….
  • Même si  la ville du Mesnil Le Roi propose moins de services à ses habitants que Maisons-Laffitte, cette différence de ratio ne peut  qu’interroger alors que la politique mesniloise en faveur de la  petite enfance est très étoffée. La convergence fiscale peut s’étaler sur 12 ans, encore aurait-il fallu échanger avec l’équipe municipale du Mesnil pour rassurer et solliciter l’expertise de la Direction départementale des finances publiques.

En résumé : un dossier mal engagé ou de la nécessité de changer d’équipe municipale pour le faire avancer dans une démarche partenariale.

Vers la création d’une commune nouvelle avec Mesnil Le Roi: les conditions de succès sont-elles réunies?

 

Tribune de mars 2018

Le maire de Maisons – Laffitte a rendu publique une lettre au Maire du Mesnil Le Roi pour proposer la création d’une commune nouvelle.

Nous sommes très satisfaits de constater que Jacques Myard a enfin évolué sur le sujet de la commune nouvelle, après avoir manifesté à maintes reprises en conseil municipal, son opposition à ce projet que nous portons.

La création des communes nouvelles est un processus soutenu pour l’association des maires de France (AMF). Ce statut  préserve l’identité de chaque commune .Elle rend ainsi possible le maintien de la tenue d’un registre d’état civil et la célébration des mariages dans chaque mairie annexe. Chaque commune pourra garder un maire délégué. La convergence fiscale peut s’étaler sur 12 ans après étude de la direction départementale  des finances publiques.

Entre les villes du Mesnil Le Roi et Maisons-Laffitte, de nombreuses politiques locales ou services locaux  pourraient être renforcés grâce à la synergie entre nos deux villes comme l’illustre la réussite du Festiv’ été, fruit du travail du service intercommunal de la jeunesse.

Pour que ce projet de rapprochement réussisse, le seul objectif de l’opération ne peut être de dégager des marges budgétaires par la mutualisation de services.

Ce soit tout d’abord être une démarche partenariale et non l’action par surprise comme vient de le faire Jacques Myard à l’égard de son homologue mesnilois.

L’essentiel est de définir un projet à partir des caractéristiques communes des deux villes. Comme l’indique un rapport (n°563)du Sénat de 2016 : «  nul ne peut réussir sa commune nouvelle sans une volonté commune autour d’un projet d’avenir et d’une vision partagée du territoire co-construit avec les acteurs locaux soutenue par tous ». Ce projet doit donc être co-construit en associant élus et population ainsi que les personnels des deux collectivités avec par exemple l’élaboration d’une charte de gouvernance.

Saint Germain en Laye, l’Etang la ville, Mareil -Marly et Fourqueux étudient la mise en place d’une commune nouvelle dès 2019. Quant à Jacques Myard il propose d’attendre la prochaine mandature.

Pour conduire un tel projet, il vaut mieux en effet un autre maire à la tête de notre ville: un homme ou une femme de dialogue, apte à la concertation: ce projet ne peut aboutir que dans le cadre d’une démarche gagnante pour nos deux villes, respectueuse de leurs spécificités et animé d’un projet commun.